ROCK

Rockness AP
Format : Album 13 titres
Année : 2017
Localisation : USA (Brooklyn, NYC)
Production : Ford Tuff & Pascal Zumaque, Ron Brown (track 5), Coptic (track 6) et Arcitype (track 11)
Featurings : Kuniva, Inspectah Deck, Method Man, Tek & Steele, Kofi Black, Ron Browz, M.O.P., Buckshot, Raekwon, Ras Kass, Last American B-boy, Young Noble

Quelques mots avant de vous donner mon avis, enfin mon ressenti, sur le dernier album en date de Rock du défunt groupe Heltah Skeltah, sorti en 2017.

Il me faut vous dire qu’Heltah Skeltah fait partie de mon top des groupe kainry avec d’autres comme M.O.P., Method Man & Redman, Cellas Dwellas ou Cypress Hill. D’ailleurs le Boot Camp Click, crew venu de Brooklyn, NYC, dont est issu Rock avec son compère le regretté Sean Price, auquel le titre du disque rend hommage (A.P. = After Price) fait aussi partie de mes tops rap US, en tant que collectif réunissant des MC’s de qualité…
De ce fait, j’attendais impatiemment à l’époque cet album de Rock et dès sa mise en ligne j’ai foncé écouter ça. Et vraiment je n’ai pas du tout été déçu, bien qu’un ou deux titres tels que O.G. ou Poof, malgré un feat. de Buckshot (Black Moon), soient un peu en-dessous des autres à mon goût, dans l’ensemble c’est très qualitatif et même puissant pour certains morceaux…

Dès l’intro on sent le sérieux, ça rappe direct, avec une entrée de couplet ironique et excellente dans le flow (do ré mi fa, etc…). Je ne voyais pas comment le reste pouvait me décevoir, bien qu’il arrive de voir des artistes mettre le paquet sur un track et se faire balourd sur le reste, mais chez des artistes comme Rock qui ont la dalle, avec un niveau qui n’est plus à prouver, ma petite voix me disait que ça allait être bien cuisiné, simplement parce que l’entrée est déjà bonne.

Ça n’a pas loupé car dès le deuxième track (Wishin en feat. avec le MC du groupe D12, Kuniva) on a droit à du Rock tout craché sur un beat construit sur quelques notes de piano. Certes rien de vraiment neuf au niveau du flow, mis à part ses placements sur les mesures que je trouve un peu moins complexes que d’habitude sur ce genre de prods mais qui collent très bien ici, pas besoin de faire trop d’acrobaties sur un beat simple mais chargé en basses comme celui-ci. Rock a fait juste ce qu’il fallait et d’ailleurs, bravo à l’ingé (le old timer Tony Dawsey est au mastering de l’album) qui a dû se régaler, il a bien bossé.

J’aime bien le track 3, GW BaG, car ça rappe simple et en finesse tout en étant aussi assez technique, sans trop d’artifices. Ça donne l’impression, et je dis bien l’impression, qu’il a écrit sans galère, voire en improvisant, mais en maîtrisant avec une putain de vibe dans le flow. Sans être exceptionnel, le résultat s’écoute tranquille, un petit verre à la main.
Et l’instru faite d’une basse et d’une caisse claire sèche, accompagnées d’éléments très fins, rappelant certaines instrus soul des 70’s avec ce petit fond de saxo, donne un track relax que j’écoute souvent posé.

Un autre titre excellent sur l’album c’est le track 4 (Camp-Wu ft. Inspectah Deck, Method Man, Tek & Steele ) où tous les couplet sont de haut niveau. Les MC’s ont respecté le papa Sean Price du début à la fin et même dans le choix d’une prod. qui casse la nuque composée à partir d’un clavier entêtant en soutien des flows des rappeurs.
C’est Rock qui ouvre le bal avec un 16 mesures puissant suivi par Inspectah Deck du Wu-Tang, puis Tek & Steele (ex- Smif-N-Wessun) du Boot Camp, pour finir par Method Man, qui a d’ailleurs repris le style de Steele sur le début de son couplet. J’aurais aimé être là pendant les prises de voix car je sais ce que c’est l’ambiance studio pour les featurings, il y a toujours ce petit moment où vous êtes en mode « compétition amicale ». Ce sont des moments uniques.
Du coup je trouve que ce titre était indispensable dans le fond par rapport à Sean Price, du fait de rassembler des artistes du Wu et du BCC ensemble (deux des crews les plus influents des 90’s) et sur la forme, car le track est bien réalisé avec des petit ponts de deux mesures après chaque couplet pour amener et mettre en valeur le prochain MC, tout ça sans refrain, et finir par un clin d’œil à Sean Price à la fin du clip que je vous laisse découvrir. Ça tue !

Le Track 5 Rumble for Me (ft. Kofi Black & Ron Browz) est le track qui m’a un peu réconcilié avec ce type de prods qui lâchent 10 0000 charleys à la seconde et des refrains autotunés à tout-va car là je trouve qu’ils ont bien exploité le genre, c’est pas chargé, c’est juste ce qu’il faut donc chapeau aux beatmakers, c’est du bon boulot !
Niveau rap je trouve qu’il n’y a rien de fou sur ce morceau car Rock reste simple et sans prouesses excessives, en revanche le refrain est superbe et si je devais définir un lieu ou une ambiance parfaite pour écouter ce son ce serait dans une voiture, la nuit, dans des rues désertes seulement éclairées par les lumières chaudes de la ville folle, roulant tranquillement avec cet excellent son dans les oreilles, tout simplement.

J’aime bien, non, j’aime beaucoup !, le track 7, FaxMachine (ft. M.O.P.), bien agressif comme j’aime écouter parfois et franchement le couplet de Rock est tellement en accord avec le beat et la petite dédicace à Sean P. est vraiment bien placée. Entre MC’s aux voix éraillées, Lil’ Fame et Billy Danze n’ont rien à envier à Rock de ce côté là, la connexion fonctionne à merveille et le duo fournit un sacré couplet, fidèles à eux-mêmes, pour un rap punch bien rock comme j’appelle ça.

Je ne vais pas m’étaler sur tous les morceaux mais plutôt vous laisser découvrir le reste et vous faire votre propre avis mais pour moi Rocknes A.P. est un plutôt un bon album et surtout un bel hommage à Sean Price qui mérite d’être plus écouté car je trouve que beaucoup sont passés à côté.
Je considère qu’il est important d’avoir de la qualité autant dans la musique que sur les visuels (ici l’artwork aussi bien que les clips sont sans fioritures mais restent efficaces) car fond et forme sont indissociables. Un album se doit d’être travaillé sur tous les points car il va être écouté et vu dans 10 ou même 100 ans, peu importe, ce qui compte donc le plus c’est que l’auditeur en ai pour son argent voire même qu’il pense avoir carotte l’artiste (rires). La qualité prime sur tout et je trouve que sur ce point Rockness AP rempli tous les critères.

Bonne écoute à vous !


Retrouvez ROCK sur son site : http://iamrockness.com/


Chronique par Specta